Fahrenheit 451 Ray Bradbury

Par Didier Debroux - 17 novembre 2016

Ce livre est une claque! Un pur chef-d’oeuvre d’anticipation qui résonne dans le présent comme une étrange prédiction…

451 degrés Fahrenheit représentent la température à laquelle un livre s’enflamme et se consume. Dans cette société future où la lecture, source de questionnement et de réflexion, est considérée comme un acte antisocial, un corps spécial de pompiers est chargé de brûler tous les livres, dont la détention est interdite pour le bien collectif. Montag, le pompier pyromane, se met pourtant à rêver d’un monde différent, qui ne bannirait pas la littérature et l’imaginaire au profit d’un bonheur immédiatement consommable. Il devient dès lors un dangereux criminel, impitoyablement poursuivi par une société qui désavoue son passé.

Publié en 1953, voici donc un livre qui demeure incroyablement contemporain. Nous sommes projetés dans un monde où l’amour semble chose oubliée. Un monde de guerres larvées entre grandes puissances, de course aux armements, de peur du nucléaire, d’hommes déracinés. Une société où la violence demeure le seul exutoire au mal de vivre, composée de banlieues anonymes, de délinquance, où le progès ne sert plus le bonheur. Un monde où règne l’impérialisme des médias, où le décervelage est érigé en veau d’or.

«Il y a plus d’une façon de brûler un livre», mais la plus radicale consiste à rendre le peuple incapable de lire par atrophie de tout intérêt pour la chose littéraire, paresse mentale ou simple désinformation. Et Jean d’Ormesson de rejoindre Bradbury: « Aujourd’hui, on ne brûle pas encore les livres, mais on les étouffe sous le silence. Ce ne sont pas les livres d’adversaires, ce ne sont pas les idées séditieuses que l’on condamne au bûcher de l’oubli : ce sont tous les livres et toutes les idées. Et pourquoi les condamne-t-on? Pour la raison la plus simple : parce qu’ils n’attirent pas assez de public, parce qu’ils n’entraînent pas assez de publicité, parce qu’ils ne rapportent pas assez d’argent. La dictature de l’audimat, c’est la dictature de l’argent. C’est l’argent contre la culture ».

Un roman d’anticipation qui résonne dans notre siècle comme un fable sombre. Fahrenheit 451 se dévore comme un thriller. A lire de toute urgence. Bref, un régal!

Première parution française 1955
 

Retrouvez ce roman sur le site de l’éditeur Folio S-F

DES LIVRES QUI POURRAIENT VOUS PLAIRe...

La seule histoire | Julian Barnes

Grand, très grand roman que celui de Julian Barnes où l'auteur explore avec brio la question: vaut-il mieux avoir aimé et perdre ou ne jamais avoir aimé? Un régal!

Lire

Ce genre de petites choses | Claire Keegan

Claire Keegan, écrivaine irlandaise largement primée, revient sur le triste passé de son pays qui jusqu’en 1998 enfermait les filles mères, les séparant de leurs bébés et les réduisant pratiquement...

Lire

Fantômes | Christian Kiefer

Lorsque le jeune Ray Takahashi rentre de la guerre, plein d’espoir en l’avenir, il ne retrouve rien dans sa Californie natale de ce qu’il y avait laissé en s’engageant. Christian...

Lire

Le restaurant de l’amour retrouvé | Ito Ogawa

Lumineux, intelligent, plein d'humour, de secrets, de saveurs, de parfums, de découvertes, d'odeurs... Tous nos sens explosent à la lecture du "Restaurant de l'amour retrouvé", de Ito Ogawa. En bonus,...

Lire

Ce qu’est l’homme | David Szalay

Une exploration du désir masculin, un portrait des hommes d'aujourd'hui face aux changements et à leurs échecs, David Szalay se révèle un véritable virtuose.

Lire

L’ami retrouvé | Fred Uhlman

Dans un style sobre, servit par une plume pudique, jamais larmoyante, « L’ami retrouvé », à la fois touchant et émouvant, réveille chez le lecteur l’intemporalité de l’horreur… Avec en...

Lire

Londres, La biographie | Peter Ackroyd

Pour les accrocs de Londres, les Addicts de l'East End, les inconditionnels de la cité de Dickens... voici un livre IN-DIS-PEN-SABLE... une biographie.

Lire